MALTRAITANCE DES ANIMAUX, VÉGÉTARISME ET INDUSTRIALISATION - QUESTIONS/RÉPONSES

N’as-tu pas vu qu’Allah est glorifié par tous ceux qui sont dans les cieux et la terre ; ainsi que par les oiseaux déployant leurs ailes ? Chacun, certes, a appris sa façon de L’adorer et de Le glorifier. Allah sait parfaitement ce qu’ils font. »
Coran 24:41
C’est Allah qui vous a fait les bestiaux pour que vous en montiez et que vous en mangiez, et vous y avez des profits et afin que vous atteigniez sur eux une chose nécessaire qui vous tenait à coeur. C’est sur eux et sur les vaisseaux que vous êtes transportés.
Coran 40:79-80

Etant donné l’impact de la production de viande sur l’environnement et le traitement des animaux en milieu industriel, les musulman(e)s ne devraient-ils/elles pas être encouragé(e)s à adopter un régime végétarien ?

Il est évident que nous consommons beaucoup trop de viande et que la production industrielle pose des problèmes éthique, sanitaire, écologique et même spirituel. Dieu nous a accordé le droit de consommer de la viande et les musulmans qui le souhaitent doivent pouvoir le faire sans éprouver de culpabilité ou de doute. Nous estimons que Dieu nous a octroyé un bienfait et il est de notre responsabilité de l’assumer dans la vision divine d’équilibre entre Ses créatures. Il est le garant de l’équilibre dans Sa création, l’être humain en est le gestionnaire. Il est le Juste dans l’attribution des rôles, nous nous devons d’essayer de respecter cette justice. Aussi il est important de rappeler que le droit de sacrifier des animaux s’accompagne de responsabilités vis-à-vis de ces derniers ainsi que de l’environnement et des êtres humains qui travaillent souvent dans des conditions déplorables dans les abattoirs et les centres d’élaboration des viandes.

 

Plutôt que d’appeler au végétarisme, nous préférons soutenir des projets de proximité avec des élevages locaux qui sont respectueux du bien-être des animaux et de celui des êtres humains.

 

Ces projets alternatifs ne peuvent rimer qu’avec des modes de consommation modestes puisque le prix de la viande dans ce type d’élevage est beaucoup plus élevé que celui de la viande industrielle. Ce sont donc des solutions qui permettent d’entretenir un lien responsable avec la création sans fuir la gestion du problème.

Pourquoi au même titre que l’étourdissement, la maltraitance des animaux qui est la norme dans l’élevage industriel n’invalide-t-elle pas le caractère halal de la viande ?

La majorité des juristes musulmans sont catégoriques et considèrent la maltraitance des animaux comme un grave pêché. Cependant dans le fiqh (jurisprudence islamique), la maltraitance d’un animal n’invalide pas le caractère halal de la viande à partir du moment où l’animal a été sacrifié selon le rite islamique. Cela peut surprendre mais le principe du fiqh musulman établi que chaque acte doit être traité de manière distincte et on différencie donc le traitement de l’animal d’une part et la saignée de l’autre. Maltraité un animal est interdit mais c’est l’acte de saignée qui va impacter le caractère halal de la viande in fine.

 

Il faut également garder à l’esprit le contexte dans lequel nous vivons. En Islam, la parole des experts des textes (« savants ») a une valeur importante. Avant d’édicter une interdiction, les savants doivent prendre en compte plusieurs critères ; l’un d’entre eux est la réalisabilité de l’interdiction. Il faut se rappeler par exemple que le calife Omar a interdit de couper la main des voleurs en période de famine parce que le contexte rendait l’application de la loi injuste.

 

Les musulmans qui considèrent la viande industrielle comme illicite ont deux choix : soit ils deviennent végétariens, soit ils se tournent vers des solutions de proximité (élevage local et/ou bio). Mais même si ces choix sont très honorables, ils ne peuvent, dans le court et moyen terme, concerner qu’un infime pourcentage de la population musulmane. La majorité des musulmans qui vivent en Occident et également dans les pays musulmans continueront à n’avoir accès qu’à de la viande industrielle soit parce qu’il n’y a rien d’autre sur le marché, soit parce que la viande bio ou celle produite dans des élevages alternatifs locaux est trop coûteuse. Interdire dans ce contexte la consommation de viande issue de l’élevage industriel reviendrait à interdire la consommation de viande pour le plus grand nombre, ce qui n’est pas réaliste.
La maltraitance des animaux en milieu industriel pose un problème extrêmement grave et nous considérons qu’il est de notre responsabilité d’intégrer les espaces de mise à mort des bêtes en vue de leur consommation pour contribuer à une meilleure gestion de la relation entre l’être humain et l’animal. Balayer d’un revers de main une situation que nous pouvons améliorer n’est selon nous pas responsable devant Dieu.

Ne faut-il pas espérer qu’à terme, les experts des textes finiront par déclarer la viande industrielle comme complètement antinomique avec la conception halal ?

Pour des raisons socio-économiques les volumes de viande « halal » consommées par les musulmans augmentent de manière exponentielle dans les pays occidentaux mais aussi dans les pays musulmans où l’on observe malheureusement le développement d’une industrie qui n’est pas une industrie de proximité ou de l’artisanat mais une industrie qui copie aveuglement le modèle occidentale.

 

Lorsque l’on évoque la question du traitement des animaux dans l’élevage industriel auprès des experts des textes, ces derniers considèrent ces pratiques comme de graves manquements au message de l’Islam et aux enseignements prophétiques mais ils préfèrent le plus souvent garder le silence. D’abord parce qu’ils subissent déjà d’énormes pressions émanant des industriels et autres acteurs du marché de la viande halal sur la question de l’étourdissement mais aussi parce qu’ils ne veulent pas mettre les croyants face à des responsabilités qu’ils ne pourraient pas assumer s’ils déclaraient publiquement que la consommation de viande industrielle est fortement déconseillée, voir illicite.

 

Une première étape consisterait à faire un vrai travail de sensibilisation sur la question du traitement des animaux dans l’élevage industriel en montrant les contradictions des pratiques avec l’éthique islamique. Il faudrait ensuite pouvoir proposer des alternatives qui soient accessibles au plus grand nombre et qui permettent de sortir de la production de masse pour revenir à un mode de consommation plus sain avec des élevages de proximité. Si on arrivait à franchir ce cap alors peut-être que les savants pourraient passer du stade des convictions personnelles à celui de l’élaboration de fatwas interdisant les pratiques d’élevage qui ne se soucient pas du bien-être des animaux et des êtres humains qui travaillent dans l’industrie de la viande. Mais pour le moment, la réalité des besoins appelle à des alternatives crédibles et réalistes.
[1] http://www.lilotdescombes.fr/

Tu veux diffuser cette information ?

HAUT

Restez informés de l'évolution du halal en Europe

Vous êtes maintenant abonné !

REJOINDRE LE COLLECTIF

Rejoignez le collectif Halal en Danger afin de défendre notre liberté de culte

You have Successfully Subscribed!